Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Gribouille-moi dessus
  • Gribouille-moi dessus
  • : Gribouille-moi-dessus...peindouille de figurines et gribouillage de bonshommes!
  • Contact

Archives

9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 22:20

Un article écrit pour le numéro 1 du webzin FanFig sur la pièce d'Aertis produit par Enigma Miniatures.

 

 

"Aertis le gnome"...Voilà déjà quelques temps que cette pièce, sculptée par Raul Latorre, et qui n'a pour ainsi dire pas grand-chose en commun avec les petits bonshommes aux bonnets pointus des comptes nordiques, me titille les pinceaux. Des grandes zones de peau, des volumes rythmés et bien dessinés ainsi qu'une grande diversité de matières et textures à traiter...bref, tout ce qu'il faut pour passer un bon moment de peinture.

 

Idée de départ et préparation

 

Ce qui fait pour moi le charme des mondes fantastiques c'est, paradoxalement, la proximité avec la réalité...ce petit décalage qui fait penser que notre personnage a pu exister à une époque, tout en étant résolument issu de l'imaginaire. Pour "Aertis", les peaux de bêtes et les braies nouées m'ont tout de suite évoquées les tribus nordiques...un gnome guerrier scrutant l'avancée de ses ennemis. Une peinture réaliste, dans des teintes naturelles et un décor boisé aux premiers jours de l'automne me semblaient tout indiqués pour coller à ma vision du personnage.

 

Je ne reviendrai pas ici sur la préparation de la figurine ou la fabrication du décors. Une fois ébarbée, contre-percée et assemblée, j'ai simplement ajouté une sangle en bandoulière destinée à accrocher dans son dos un lourd bouclier rond...histoire de renforcer le thème nordique et personnaliser un peu ma réalisation. J'ai pris l'habitude de toujours créer la structure du décor avant la mise en couleur de la figurine. Cela évite de devoir la manipuler une fois peinte et me permet de visualiser au mieux la composition. 

 

 Aertis-Image-1-copie-2.jpg Aertis-Image-2.jpg

 

Mise en couleur

 

En général, je commence la peinture par le traitement de la peau, surtout lorsque celle-ci couvre une zone aussi importante. Bien souvent, la réussite d'une figurine passe par la qualité du traitement de la peau et, plus particulièrement, le visage qui est le point focal principal. L'équipement d'"Aertis" étant constitué de matières hétéroclites, je me suis efforcé de les différencier, pas uniquement par les teintes utilisées, mais aussi par la manière de traiter les différents matériaux au niveau de la touche de peinture. En effet, il s'agit de donner un rendu "réaliste" aux textures tout en rendant la pièce lisible. De plus, sur l'ensemble de la figurine, je voulais rester dans les teintes complémentaires qui composent la peau, à savoir un brun-orangé et du vert.

 

La peau et le visage

 

Le but était d'obtenir une peau chaude et bien contrastée, tirant sur le vert dans les ombres. Pour une carnation réaliste, il est essentiel de s'attarder sur une pose des lumières rigoureuse et sur le travail des nuances qui vont donner du réalisme et de la profondeur. Une fois le gros des ombres et des lumières posées, les nuances se font en légers glacis. C'est cette superposition de couches qui conduit à la transparence requise pour la peinture de la peau. Une attention toute particulière est apportée au visage, plus lumineux et aux nuances plus rouges afin de le mettre en évidence. A ce stade, si la peau fonctionne toute seule, le pari est réussi...elle sera d'autant mieux miise en valeur par les teintes sombres des éléments qui vont la délimiter. 

 

 Aertis-Image-3.jpg  Aertis-Image-4.jpgAertis-Image-5.jpg

 

Les cuirs

 

Le cuir est un matériau que l'on retrouve souvent en figurine et qui peut avoir des aspects bien différents selon le niveau d'usure ou la teinture qui lui est apporté. Pour traiter les cuirs d'"Aertis", dont l'usure est évidente, je me suis efforcé de rester lisse sur certaines zones alors que les parties les plus exposées au frottement sont clairement plus marquées. Après le classique travail de mise en lumière, des petits points/lignes de peinture claire viennent donner de la matière aux cuirs et renforcer l'effet d'usure, Le tapotage et les marquages à la pointe du pinceau sont alternés de glacis visant à homogénéiser le tout. Un peu d'encre noisette apporte un effet final légèrement satiné aux parties plus neuves du cuir. A noter que les cuirs plus "rouges" de la ceinture sont également moins usés que ceux des bandelettes attachées aux poignets de manière à les distinguer clairement. 

 

 Aertis-Image-6.jpg  Aertis-Image-7.jpg

La fourrure

 

La fourrure doit absolument rester aussi mate que possible. Elle est traitée dans un premier temps comme une zone plane, à savoir la pose des ombres et des lumières en fonction du volume global. Puis, avec une peinture peu diluée, chaque poil est éclairci progressivement en diminuant la taille de l'éclaircissement à mesure que l'on va dans les ombres. Des jus très dilués de vert et de jaune/ocre viennent lier le tout entre les différents passages de peinture. La manière d'appliquer les touches de peinture, tantôt avec la pointe du pinceau, tantôt avec la tranche, doit ici correspondre au rythme de la sculpture.

 

 Aertis-Image-8-.jpg 

 Les tissus

 

Pour les tissus, la peinture est simple. Le rythme des plis donne celui des alternances ombres/lumières. Il est préférable de rester lisse et bien mat même si quelques accrocs ou salissures sont les bienvenues. La teinte choisie pour les braies apporte un contraste intéressant avec les autres parties à dominante marron-orange de la figurine. De plus, le vert de ce tissu est ombré avec le même brun-orangé qui compose les cuirs et la peau, ce qui renforce la cohérence de la pièce. Ombrer avec une teinte opposée sur le cercle chromatique a également l'avantage de donner plus de profondeur qu'avec du noir ou un vert plus sombre. 

 

 Aertis-Image-9.jpg 

Les méteaux

 

Les zigouigouis métalliques dorés qui ornent le ventre du gnome sont réalisés à partir d'une base composée de Iron Pig (P3) mélangé avec environ un tiers de Snakebit Leather (GW). En effet, je préfère ce mélange aux peintures dorées du commerce qui ont tendance à être, de base, trop saturées et criardes. Les ombres sont faites en fin glacis de brun-rouge additionné progressivement de noir. Pour finir, des points lumineux restreints, réalisés en Mithril Silver (GW) viennent donner de l'éclat au métal. Les ombres doivent être bien mates et les éclats bien limités afin que les métaux réagissent à la lumière ambiante de manière appropriée. 

 

 Aertis-Image-10.jpg 

Le bouclier

 

L'essentiel de la pièce est fait...reste encore le bouclier. Pour ce dernier, un symbole entrelacé inspiré de ceux présents sur les boucliers Vikings est dessiné à main levée sur un fond préalablement éclairci et ombré. Après, c'est juste histoire de s'amuser...salissures à base de pigments ou tamponnées, marques de coups et autres outrages du temps viennent donner un peu de vie au tout! 

 

 Aertis-Image-11.jpg 

 

Deux petites images en rab avant la pose de l'arme!

 

Aertis-WIP-bouclier-2.jpgAertis-WIP-bouclier-1.jpg

Mise en couleur du socle

 

Pour le socle, le procédé se rapproche beaucoup de celui détaillé précédemment pour la réalisation du socle de Tanka Wanka, "Cueillette et champignons".

 

 

Socle-Aertis-1.jpgAertis-Image-12.jpgAertis-Image-13-copie-1.jpgSocle-Aertis-5.jpgAertis-Image-14.jpgAertis-Image-15.jpg

 

Me voilà arrivé au terme de cet article. J'ai pris beaucoup de plaisir à peindre cette pièce et je la conseille volontiers à tous les peintres qui cherchent à travailler les rendus de peau ou le traitement des matières. La lumière se pose toute seule sur les volumes parfaitement définis par le sculpteur et chaque partie représente un intérêt en termes de techniques et d'effets visuels. Sans oublier que de nombreuses possibilités s'offrent à vous pour ce qui est du choix des couleurs...c'est du fantastique après tout! 

 

 Aertis Image 16Aertis-termine-17.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires